Montereau Fault Yonne   Rond-point de l'Europe   Seine et Marne
Panorama vertical semi-aérien   |   Passerelle en trompe l'oeil   |   Villa au bord de l'Yonne   |   Le réaliser soi-même   |   Retour à l'ACCUEIL

Après le chargement complet, cliquez sur le bouton situé à droite pour visualiser l'image en plein écran.

Montereau-Fault-Yonne Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Aller à : Navigation, rechercher Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Montereau (homonymie). Montereau-Fault-Yonne {{{image-desc}}} Administration Pays France Région Île-de-France Département Seine-et-Marne Arrondissement Provins Canton Montereau-Fault-Yonne Code Insee abr. 77305 Code postal 77130 Maire Mandat en cours Yves Jégo 2008-2014 Intercommunalité Communauté de communes des Deux Fleuves Démographie Population 16 768 hab. (2006) Densité 1 729 hab./km² Gentilé Monterelais Géographie Coordonnées géographiques [Montrer la localisation sur une carte interactive] 48° 23' 07? Nord 2° 57' 03? Est / 48.3853, 2.9508 Altitudes mini. 47,2 m — maxi. 120 m Superficie 9,70 km² Voir la carte physique Voir la carte administrative Voir la carte physique Montereau-Fault-Yonne est une commune française, située dans le département de Seine-et-Marne et la région Île-de-France. Ses habitants sont appelés les Monterelais. Ne pas confondre la ville de Montereau-Fault-Yonne, couramment appelée « Montereau », avec la petite commune de Montereau (Loiret). Sommaire [masquer] * 1 Géographie * 2 Histoire * 3 Administration * 4 Démographie * 5 Économie * 6 Transports * 7 Personnages célèbres * 8 Monuments et lieux touristiques * 9 Événements * 10 Culture * 11 Éducation * 12 Inspection de l'Éducation Nationale o 12.1 Écoles maternelles o 12.2 Écoles élémentaires o 12.3 Collèges o 12.4 Lycées * 13 Sports * 14 Blasonnement * 15 Communes limitrophes * 16 Jumelages * 17 Bibliographie * 18 Articles connexes * 19 Notes et références * 20 Lien externe Géographie [modifier] Située aux confins du Gâtinais au sud, de la Brie au nord, de la Bassée à l'est, la ville tient son nom de sa position géographique au confluent de l'Yonne et de la Seine ("fault", également orthographié "faut", vient du verbe faillir dans son sens ancien de choir). Histoire [modifier] En 1359, le roi de Navarre Charles le Mauvais, qui tenait la ville en raison de son ascendance champenoise, la perdit devant le régent de France (le futur roi Charles V). Jean sans Peur, duc de Bourgogne a été tué sur le pont de la ville le 10 septembre 1419 par Tanneguy du Châtel et le sire de Barbazan (voir assassinat de Jean sans Peur), au cours de l'entrevue qu'il avait avec le dauphin, futur roi Charles VII. Cet acte avait pour but d'empêcher un rapprochement du Dauphin avec le parti bourguignon et de venger l'assassinat de Louis d'Orléans en 1407. Cela s'inscrit dans la guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons qui eu lieu durant la guerre de Cent Ans. La collégiale Notre-Dame-et-Saint-Loup renferme une épée qui selon la légende aurait appartenu à Jean sans Peur (elle daterait en réalité de l'époque de Louis XIV). Plaque rappelant l'assassinat de Jean-Sans-Peur, le 10 septembre 1419. Sur le pont où Jean sans Peur a été assassiné on peut lire cette inscription : L'an mil quatre cens dix et neuf sur un pont agencé de neuf fut meurtri Jehan de Bourgongne a Montereau ou fault Yonne En 1420, Philippe le Bon, fils et successeur du duc assassiné, s'empara de la ville, qui resta huit ans aux mains de la coalition anglo-bourguignonne. Toutefois, à l'issue d'un long siège, le roi Charles VII, aidé par Chabannes et Dunois, parvenait à la reprendre. En 1567, pendant les guerres de religion, Condé s'empara brièvement de la ville. En 1587, les habitants de Montereau prirent le parti de la Ligue, mais finirent par accepter en 1590 la légitimité du nouveau roi Henri IV. Statue équestre de Napoléon, placée au-dessus du confluent de la Seine et de l'Yonne. Montereau a également été le lieu d'une des dernières victoires de Napoléon le 14 février 1814 contre les Autrichiens : voir bataille de Montereau. Au cours du XIXe siècle, Monterau devient un petit centre industriel, avec, outre la faïencerie industrielle, des usines de produits chimiques, verreries et autres manufactures. Ce développement se poursuit durant le XXe siècle. La ville connait de lourds bombardements lors des combats de mai-juin 1940 au cours de la Seconde Guerre mondiale. Les ponts et les quartiers du centre-ville sont détruits ou subissent des dommages importants. Ils sont reconstruits au début des années 1950. La place Jean XXIII, au cœur du quartier de Surville. La ville connaît une nouvelle étape à la fin des années 1950 avec le Plan d'aménagement et d'organisation générale de la région parisienne (PADOG, ancêtre du Schéma directeur de la région Île-de-France) qui fait de Montereau une agglomération d'équilibre, dans le cadre du plan des "3 M" de Seine-et-Marne (Meaux, Melun et Montereau). C'est dans ce contexte qu'est décidée l'extension de la ville sur le plateau de Surville. Après la construction d'une petite cité d'urgence en 1955 dans cette zone encore agricole, c'est la construction d'une nouvelle ville qui est entreprise avec 6000 logements prévus. Est prévue par ailleurs une grande zone industrielle à la confluence Seine-Yonne, ce qui occasionne le creusement d'une gigantesque darse pour permettre un accès aux péniches à grand gabarit. L'objectif était alors pour Montereau d'atteindre une population totale de 45000 habitants. Finalement, à la suite des difficultés économiques de la zone industrielle et de la concurrence des villes nouvelles au début des années 1970, le développement de la ville est beaucoup plus limité que prévu.