Gien   Eglise Sainte Jeanne d'Arc et pont gothique sur la Loire   Loiret
Panorama vertical église Sainte Jeanne d'Arc   |   Centrale nucléaire EDF   |   Château Anne de Beaujeu   |   Le réaliser soi-même   |   Retour à l'ACCUEIL

Après le chargement complet, cliquez sur le bouton situé à droite pour visualiser l'image en plein écran.
Copiez et coller les lignes suivantes dans votre code source pour créer un lien vers cette page :
<a href="http://www.sudaltim.fr/gien_loiret_pont-gothique-sur-la-loire_visite-virtuelle-aerienne_1.html" title="Gien, église Sainte Jeanne d'Arc, Pont gothique sur la Loire, Loiret, Région Centre, France" alt="Gien, église Sainte Jeanne d'Arc, Pont gothique sur la Loire, Loiret, Région Centre, France"> <b>Gien, église Sainte Jeanne d'Arc</b>, Pont gothique sur la Loire, Loiret, Région Centre, France</a>

Visite virtuelle église Sainte Jeanne d'Arc, Gien, Loiret, Région Centre, France
Monuments et personnages célèbres Le château d'Anne de Beaujeu L'église Sainte Jeanne d'Arc Le pont de Gien La Maison des Alix Les remparts Les Arcades de l'Hôtel Dieu L'ancien Hôtel de Ville L'Hôtel de la Monnaie L'escalier touristique La rue Louis Blanc La porte de l'ancienne maison de la Belle Croix Le château d'Arrabloy L'église d'Arrabloy > Le château d'Anne de Beaujeu Anne de Beaujeu reçut en apanage le comté de Gien. Fille aînée de Louis XI, elle devient régente du royaume de France en 1483 à la mort de son père. Elle se chargera de l'éducation de son jeune frère qui monte sur le trône un an plus tard sous le nom de Charles VIII. Le château doit son nom à la régente de France, qui le fit bâtir à la fin du XVème siècle sur les restes d'un édifice médiéval dont le seul vestige est la tour carrée située sur la façade sud du château, la Tour "Charlemagne". La Pucelle d'Orléans a en effet été accueillie plusieurs fois à Gien, notamment en 1429. L'architecture particulière du château est un exemple de géométrie appliquée comme en témoignent les dessins de façade formés par les briques polychromes. Par ailleurs, les vastes fenêtres révèlent l'esprit de la première Renaissance française. Après avoir reçu les plus grands souverains de notre histoire (François Ier et Louis XIV notamment), le château devient propriété du département en 1823 abritant tour à tour la sous-préfecture, le tribunal et la prison. En 1842, le château est classé Monument Historique. Depuis 1952, le château abrite le Musée International de la Chasse. Haut de page > L'église Sainte Jeanne d'Arc Erigée au XVème siècle, cette église fut détruite par les bombardements de 1940. Après la guerre, elle fut reconstruite dans le style roman sur les plans de M. André Gélis, architecte en chef des Monuments Historiques. Seul le clocher ne fut pas dévasté : il est un vestige de la collégiale Saint-Etienne du XVème siècle et classé Monument Historique. Ancienne église Saint-Pierre, elle fut rebaptisée église Sainte Jeanne d'Arc en remerciement à celle-ci pour ses haltes à Gien. Dominant la ville, l'église s'harmonise parfaitement avec le château d'Anne de Beaujeu. Haut de page > Le pont de Gien Un premier pont en bois fut sans doute construit aux alentours de Port Gallier. Le passage à gué est remplacé par un pont en pierre de 13 arches en 1246, sous le règne de Saint-Louis. Ce pont du XIIIème siècle fut rénové à plusieurs reprises, notamment grâce au mécénat d'Anne de Beaujeu. Au XVIIIème siècle, sa restructuration après la crue dévastatrice de 1733 lui donne sa configuration actuelle en dos d'âne avec 12 arches. Le vieux pont fut reconstruit après la Seconde Guerre mondiale, les troupes allemandes ayant fait sauter une arche en 1944 de façon à protéger leur retraite. La croix qui est placée sur le pont est dédiée à Saint-Nicolas, le saint-patron des mariniers. Haut de page > La maison des Alix Située à l'angle de la rue de l'Hôtel de ville et de la Place Jean Jaurès, la Maison des Alix est une des rares demeures de la ville à avoir été épargnée par les bombardements de la Seconde Guerre mondiale. Au XVème siècle, cette très ancienne bâtisse appartenait à la famille bourgeoise des Alix, d'où elle tient son nom. Le rez-de-chaussée comporte encore des arcades qui renfermaient autrefois plusieurs étals. Haut de page > Les remparts Gien était une ville fortifiée au Moyen-âge et jusqu'au XIXème siècle. Les vestiges des remparts de la ville doivent dater du XIVème siècle, et peuvent être vus à partir du Jardin des Boulards. Haut de page > Les arcades de l'Hôtel Dieu Dans le Jardin des Boulards, on peut admirer les Arcades de l'Hôtel Dieu. Mises à jour lors des destructions de juin 1940, elles datent du XIIème ou du XIIIème siècle. Haut de page > L'ancien Hôtel de Ville Ce bâtiment fut construit dès 1859 et fut inauguré le 15 septembre 1862. Les services municipaux quittèrent l'Hôtel de Ville en 1985 pour s'installer au Centre Administratif, chemin de Montfort. Haut de page > L'Hôtel de la monnaie La monnaie de Gien avant son entrée dans le domaine royal (XIIème siècle) était frappée à cet endroit. On peut remarquer le style gothique de la porte. Haut de page > Les escaliers touristiques Ces escaliers relient le château à la rue piétonne, ils permettent d'admirer les décorations des maisons de Gien avant 1940. Haut de page > La rue Louis Blanc La rue Louis Blanc était appelée autrefois rue de la Barre. L'immeuble n°14 conserve dans sa façade une pierre sculptée provenant de la Bastille. Haut de page > La porte de l'ancienne maison de la Belle Croix Cette porte est le seul vestige d'une ancienne maison détruite par la guerre. Elle est reconstruite dans le jardinet bordant le commissariat. En arrière-plan, on peut admirer les façades de vieilles maisons de Gien. Haut de page > Le château d'Arrabloy Ce château médiéval date du XIIIème siècle. Construit en forme de carré de 30 mètres de côté, il est fortifié par des tours d'angle polygonales, possède un donjon et une tour carrée qui sert de porte d'entrée. Les douves laissent encore apparentes les bases des tours. Les meurtrières présentes sur cet édifice présentent la fonction défensive de ce château. Situé en plaine, il avait pour rôle de protéger les populations alentour des brigands. Haut de page > L'église d'Arrabloy Cette église ne peut pas être considérée comme la chapelle du château qui devait posséder la sienne. Cet édifice religieux devait être l'église du village. Elle abrite la pierre tombale de Jean II d'Arrabloy. On peut reconnaître entre autres l'écu et la poignée du glaive.